Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 12:15

Loi-et-culture.jpgDepuis diverses années déjà, le secteur culturel expérimente un double bouleversement.

Le monde de la culture est à la fois engagé dans une vigoureuse  expansion mais identiquement il connaît une puissante restructuration.

Dans son expansion,  essentiellement du à son développement élevé, la culture n’est plus aujourd’hui l’apanage de l’Etat ou du secteur privé.

Les collectivités territoriales ne peuvent s’en désintéresser et, souvent, élaborent de d’authentiques et audacieuses politiques publiques en la matière.

Dans sa restructuration, la culture expérimente depuis bientôt une vingtaine d’années des transformations juridiques considérables : qu’il s’agisse du droit des spectacles (loi du 18 mars 1999), du droit des musées (loi du 17 janvier 2002 relative aux musées de France), ou du droit de la lecture publique en matière de bibliothèques et du prêt des documents (loi 18 juin 2003 relative à la rémunération au titre du prêt en bibliothèque), le droit public de la culture a été sensiblement transformé.

Le droit public de la culture s’explique moins à partir de son objet qu’à partir de ses objectifs : préserver le patrimoine, ainsi que soutenir et rendre accessible la création artistique au plus grand nombre.

Le management de structures culturelles publiques aujourd’hui doit présenter des capacités avérées, entre autre,  en matière du droit public de la culture notamment dans :

  • les compétences culturelles de chaque collectivité territoriales, singulièrement depuis la loi du 13 août 2004 mettant en œuvre l’acte II de la décentralisation ;
  • la gestion de structures susceptibles d’être crées pour accueillir des activités culturelles et les publics ;
  • la maîtrise des contrats existant en matière culturelle ;
  • le contrôle des principales réglementations culturelles.

L’irréprochable gérance de l’ensemble de ces indicateurs techniques, juridiques et administratifs, est aujourd’hui indispensable afin d’autoriser la constitution et la  pérennisation d’un service public irrépréhensible et de qualité en matière de l’ensemble de l’offre culturelle territoriale.

Partager cet article

Repost 0

commentaires