Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 11:06

reseaux-locaux-2.jpgL’action culturelle de demain devra indubitablement, pour réussir,  s’accomplir à la dimension des territoires. La volonté des acteurs locaux de construire un mouvement transversal engendre, aujourd’hui, des pratiques insoupçonnées dans le domaine social, artistique, culturel et éducatif certes, mais également, économique.

 

Ces influences inattendues marquent un désir de renouveau quant à la médiation et à l’intervention publique.

 

Aussi, les décideurs politiques locaux s’associent nettement à ces processus récents.

 

En nous détournant, même brièvement, de nos procédés usuels de moyennes ou grandes agglomérations, nous pouvons observer, avec intérêt, que bon nombre de petites collectivités (ainsi que le milieu rural) sont fréquemment en avance dans ces dynamiques originales, relatives à  la construction et à la mise en réseau d’actions favorables au développement de tout un territoire.

 

L’imagination, l’aptitude au dialogue, à l’échange et à la mutualisation des moyens de ces collaborations efficaces s’appuient sur la force structurante générée par le réseau.

Ces « mosaïques », petites par la taille, mais très puissantes par l’intelligence partenariale ont une influence croissante. Elles nous forcent - à bien des égards - à réviser certains préconçus nourris à leur encontre.

 

Ainsi si votre action culturelle se déploie dans le cadre de ce contexte innovant et relatif à l'élan de(s) réseau(x) en milieu rural ou dans de petites communes, vous êtes ici appelés, si vous le souhaitez,  à exprimer votre analyse et votre expérience sur les problématiques suivantes :

 

- Essor culturel local et attractivité des territoires ;

- Conversion de la culture à la jonction des régions rurales ;

- Innovations et  stratégies culturelles : impact sur la croissance locale ;

- Maillages efficients  des « acteurs » régionaux de la culture ;

- L’Intercommunalité et son déploiement culturel ;

- Contiguïtés entre l’élu de la culture et le développement local ;

- Les initiatives artistiques et leurs relations au concept de  « pays ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sisyphe - dans Voix Libre
commenter cet article

commentaires

Tinette 30/12/2010 11:45


L'Etat garant d'une équité territoriale, des grands équilibres... vaste débat Sisyphe! La crise et les restrictions budgétaires sont passées par ce grand principe d'aménagement du territoire...
j'observe dans mon domaine d'activité les mêmes tensions qui conduisent à de fortes concurrences entre les territoires. Ces concurrences se retrouvent à tous les niveaux de l'attractivité
territoriale... y compris pour le recrutement des agents territoriaux. Il y a des territoires où on ne se bouscule pas pour aller travailler... et ce n'est pas qu'une question de moyens! Tout comme
il y a des quartiers renouvellés où certains hésitent à aller habiter où inscrire les enfants à l'école.

Le travail en réseau paraît aujourd'hui tout aussi important que les moyens financiers injectés dans les politiques publiques... Et l'expérience nous montre (du moins dans mon domaine d'activité)
que jamais nous n'aurions obtenu de tels résultats sans un travail transversal et décloisonné.

Pour que naissent les projets, toute ville a aujourd'hui besoin d'affirmer son identité à travers une image d'elle-même. Une représentation forte du soi collectif. Dans un contexte Métropolitain
chaque territoire se fait connaître et reconnaître à travers ses "vitrines" (savants, champions, artistes...). Mais pour rendre la ville à ses habitants et la proposer aux visiteurs, il faut
dépasser la vitrine (festival, biennale, marchés de Noël (sourire de saison)...) Seule une action transversale et participative permet de construire cette image collective du territoire nécessaire
à stimuler l'innovation et la créativité.

L'attractivité d'un territoire doit aussi être pensée pour sa population endogène, et certains territoires mériteraient à mieux travailler dans des démarches de co-responsabilités
http://www.secteurpublic.fr/public/agenda/?id=21086&rub=8276&date=25.09.2009

Amicalement,

Tinette


Sisyphe 30/12/2010 18:08



Merci pour votre témoignage  congru et approprié à
la fois.


Bonnes fêtes de fin d’année à vous, chère Tinette et rendez-vous … l’année
prochaine.



Evelyne Lehalle 28/12/2010 16:34


Condidentielle :
Merci pour cette charmante réponse, et très bonnes fêtes aussi à vous!
D'autres exemples vus cettte année dans mon travail : Autre réseau sympathique en Rhone-Alpes : la MITRA (Ingéniérie touristique)aide depuis deux ans le réseau VPAH! Avec les formations qui vont
avec : un peu de marketing soft, bien adapté à la Culture, des études de provenances de clientèles (oups! de visiteurs...), des projets conjoints de conceptions de circuits, etc...Bonne entente
Culutre /Economie locale aussi, pour le développement territorial, au festival de Lorient. Pour le patrimoine et les évènements, la très sélect Mission du Val de Loire a aussi "franchi le pas".Le
proejt est en cours mais je ne epux pas en dire plus ce jour. Le réseau Terre Catalane de Languedoc Roussillon( Claire Bertrand) conçoit également toute sortes de circuits et aides à la visite en
partenariat avec des entreprises.La DATAR Massif Pyrénées travaille ses réseaux TIC avec les opérateurs nationaux France Telecom, Orange, petites entreprises TIC locales, pour désenclaver l'offre
culturelle (Sites Internet, plate-forme en cours ...). Bref, vous avez raison, l'entreprise n'est plus l' immonde suppôt du capitalisme, et les acteurs de la gauche ne sont plus traités de droite
honteuse lorsqu'ils scellent des pactes bien amusants, au fond, avec le secteur privé ( très étonné, souvent intimidé par ces demandes, j'ai pu le constater...).
L'un de mes meilleurs souvenirs fut la Biennale d'Estuaire Nantes, (art contemporain), avec 800 000 touristes lors de la toute première édition en 2007! Un accord avec les transporteurs
locaux(cars, trpt.fluvial et trpt.de l'estuaire) et les loueurs de vélos.Bref, j'espère et crois que le tabou est, comme vous le dites, en train de disparaître à la "base". Restent les DAC et les
adjoints à la culture, encore très accros à leur exception culturelle/indépendance/intégrité.Enfin, à les lire et à les écouter...
Bon courage pour votre blog, il est réellement super, bravo, et merci de nous régaler!


Sisyphe 28/12/2010 17:27



Merci pour ce complément d’information que vous portez à ma connaissance grâce à ces autres et
richez exemples que vous décrivez ci-dessus.


N’hésitez pas à me tenir au courant de la survenue de toute autre nouvelle synergie locale qui innoverait dans nos domaines spécifiques d’activité.


Patience donc chère Evelyne, car les choses commencent à bouger un peu de partout.


Comme vous je constate, pour ce qu’il en est de la culture, qu’au niveau local les décideurs de droite, comme ceux de gauche,  s’efforcent tous d’impulser dans l’ensemble de l’Hexagone, une politique généreuse et pluraliste d’accès  à la
culture pour tous. Seuls les moyens, souvent, différent entre un territoire et un autre. Et il vrai aussi, il faut bien l’avouer, que l’Etat pourrait se démontrer, à son tour, davantage plus
généreux en matière de culture et plus ambitieux au sujet du service public …


Merci également pour les encouragements que vous adressez en direction des contenus de mon blog.


Quel dommage cependant que pour accéder aux commentaires de votre site, l’on soit obligés de s’inscrire sur Word Press. Cela doit ralentir un peu, je crois, les
initiatives de certains de vos lecteurs qui souhaiteraient pouvoir participer, par leurs commentaires, aux riches débats que vous proposez, à votre tour,  sur votre propre blog …


Bien cordialement.


 



Evelyne Lehalle 28/12/2010 14:41


Pour l'essor culturel local, je constate à chacun de mes déplacements que dès qu'un département ou une région ne parlent plus de "réseau culturel" pur sang ( réseau des musées entre eux; réseau du
spectacle vivant, "entre eux", aussi..." à constituer ( ou à revivifier, rendre plus efficients...), mais envisagent des partenariats et des réseaux nouveau, avec les entreprises, ou avec le
tourisme, eh bien, cela marche, et super bien! Mais il y a encore tant d'indifférence, voir de crainte de vendre son âme au diable, ou de mépris pour les entreprises, de la part des responsables
culturels, que ce type de réseau "Culture" et "autres mondes très différents" ne sont que rarement à l'ordre du jour. Votre proposition est parfaite, mais le développement local passe aussi par le
monde économique, celui de l'entreprise. Lorsque ces nouveaux genres de réseaux existent, La culture n'y perd pas son "âme" et les lieux culturels sont mieux fréquentés.Sont établis des croisements
de compétences et de moyens très différents et complémentaires, voilà tout.(Le dernier exemple que j'ai rencontré : le réseau TISTRA de Rhône-Alpes, culture scientifique et technique, et leur
webTV)


Sisyphe 28/12/2010 15:44



Merci  pour
votre commentaire si clair et franc.


Je partage votre analyse relative aux
« réseaux ». Il est vrai que beaucoup de clivages  existent encore entre les acteurs de la vie
culturelle et ceux de l’entreprise. Cependant, graduellement, les choses commencent à bouger et les clivages, s’amoindrir.


Le secteur culturel progresse chaque jour davantage dans l’abandon de
ses trop « passéistes » postures idéologiques. Des nouvelles générations de professionnels territoriaux renouvellent et dynamisent aujourd’hui l’action culturelle et favorisent la
transition  d’une culture de « clans »,  vers une
stimulation, plus attractive, de l’action en réseaux.


Affaire à suivre donc,
 avec confiance et optimisme. 
Bonnes fêtes à vous.  


J’ai
entendu parler du réseau TISTRA que vous citez, et qui existe, sauf erreur de ma part,  depuis 1997. C’est un excellent exemple de progrès accompli en matière de synergies locales entre politiques culturelles, tourisme et
entreprise.