Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 10:27

ecritures-contemporaines.jpgPour tout auteur, les écrits incarnent aujourd’hui l’une des expressions artistiques parmi les plus riches et les plus disparates. Les plus complexes aussi.

Il y a quelques années encore, le clivage qui pouvait exister entre les cultures dites « populaires » (dont la culture orale) et la culture écrite, était manifeste.

La confrontation impossible de l’oligarchie de l’écrit face à l’indigence du « parlé ».

Ces deux mondes se côtoyaient avec une profonde défiance. Tout dialogue ou passerelle entre ces deux univers était alors inconcevable.

A présent, les expressions artistiques liées à l’écrit, toutes sortes d’écrits, se sont métamorphosées d’une manière inouïe.

L’art de l’écrit se reflète aujourd’hui dans des expressions populaires auxquelles adhère un très large public autour, notamment du rap, du slam ou encore cette étrange « culture » qui s’exprime auprès des jeunes grâce aux multiples « langages » écrits des réseaux sociaux ou encore ceux des  …  SMS.

Nous pouvons y souscrire ou bien alors s’en alarmer.

Il n’en reste pas moins que les bouleversements actuels de l’écriture témoignent d’un incroyable  mouvement qui agite, bien plus rapidement que toute autre expression artistique ordinaire, la société dans laquelle nous vivons.

Il ne s’agit donc plus, pour nous, de savoir si cela est un avantage ou un inconvénient pour le développement de l’écriture au sens large, mais tout simplement de décider si nous désirons prendre le train en marche de cette révolution de l’écrit, ou rester à quai.

Car, dans ces mutations liées à l’écrit, comment ne pas constater que, grâce à ces nouvelles formes de l’écriture, les fractures qui autrefois existaient entre l'expression « orale » et culture « écrite » se sont, en très peu de temps, soudainement  réduites.

Mieux encore. Un peu partout l’on assiste de manière largement généralisée, au soutien et à l’accompagnement des institutions publiques aux projets culturels de ce type.

Ce n’est plus un tabou de financer une saison culturelle, voir d’authentiques festivals thématiques,  dédiés à ces formes nouvelles du langage et de l’écriture.

Ces manifestations participent d’ailleurs en France, à l’appui de l’économie du champ culturel et artistique.

Ces nouvelles expressions du langage contribuent tout naturellement aussi à la participation de toute une catégorie socioculturelle au maillage culturel des territoires et ça c'est une véridique révolution.

Un constat toutefois, qui de ne doit pas pour autant minimiser l’échec des  politiques culturelles institutionnelles mises en œuvre jusqu’à présent.

Car depuis au moins trente ans et malgré un grand renfort de moyens et de discours distillés autour la nécessaire « conquête » des publics – défavorisés ou pas – les institutions ne parvenaient pas à rallier les publics restés en dehors de la « chose » culturelle  

Elles ont prôné, avec un entêtement autiste et à grand renfort de moyens, la bien galvaudée et inopérante « consommation culturelle pour tous ».

Las, sans de véritables réussites à la clé.

Or, ces nouvelles expressions des écritures permettent aujourd’hui d’atteindre des populations absentes de l’offre culturelle "institutionnelle".

Et si c’était juste une question de … tolérance, rehaussée par une certaine mesure de … créativité, qui permettait à présent d’atteindre ces résultats surprenants et jamais égalés ?

Nous assistons aujourd’hui à la survenue d’une culture populaire du langage et de l’écrit, où les formes plus conventionnelles de l’écriture semblent pouvoir se régénérer au simple contact de ces nouvelles expressions en mouvement permanent.

Une nouvelle forme de coopération créative dans laquelle certaines « figures » du langage parviennent désormais à  composer  avec les authentiques formes de l’écriture.

Le dialogue a toujours permis de faire avancer la démocratie. Propager le savoir aussi.

Et en matière de pluralisme et de démocratie, les arts ont tant à enseigner à nos institutions et aux politiques qui les animent.

Ecrire, lire et faire lire passeraient donc par … l’oralité.

Quelle étrange bizarrerie ...

Mieux encore : la lutte contre l’illettrisme aussi.

Grâce à ces nouvelles formes, il semble désormais envisageable de passer de l’absence totale de maîtrise  de la langue française, à la rédaction et à la publication d’un ouvrage en très peu de temps : 3-5 ans tout au plus.

Un grand nombre d’associations de lutte contre l’illettrisme savent proposer aujourd'hui, des techniques prodigieuses dans la progression de  l’apprentissage de l’écrit via, justement, l’oralité,  la poésie immanente, le numérique, Internet …

On enregistre, partout dans le territoire, un véritable renouveau de l’apprentissage de la langue. L’adaptation est toujours bénéfique.

Pourquoi donc s’entêter encore à vouloir éduquer avec des méthodes qui ne tiennent pas (ou plus) compte des changements sociétaux ?

Dans toutes ces permutations qui subsistent aujourd’hui entre oralité et écriture, l'approche de la culture est désormais envisageable à un grand nombre de personnes qui pensaient ne pas y avoir accès.

Lentement on parvient inévitablement à modifier les choses. A les faire évoluer.

A en finir aussi avec ce désuet "savoir d’en haut" s’opposant à la "culture d’en bas".

Actuellement, tout semble appuyer l’avènement de nouvelles représentations annonciatrices d’une démocratie culturelle plus tangible.

Une impulsion qui part des … fondations, de la base… Bref, du peuple.

Des univers patrimoniaux illimités s’ouvrent à nous aujourd’hui.

Il y a dans le domaine de l’écriture tant de « terra incognita » à explorer, à sonder, à parcourir, à visiter.  A partager aussi.

Bref, à vivre ensemble.

Tant d'opportunités liées aux expressions écrites encore imperceptibles, certes,  mais pourtant possibles.

Elles peuvent aujourd’hui nous motiver,  donner du sens  et, principalement, une nouvelle ampleur au travail qui nous attend pour rendre accessible le monde de la  culture, de l’expression, de la communication et du partage à tous.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sisyphe - dans Société
commenter cet article

commentaires

Charmasson 25/10/2011 00:18


En fait une page Facebook: https://www.facebook.com/home.php#!/pages/PORT-OUVERT/167253216666216


Sisyphe 25/10/2011 09:31



Parfait donc.


Dont acte !



Charmasson 22/10/2011 10:12


Bonjour, je travaille sur un projet autour de l'écriture, une expo pluridisciplinaire ou les mots sont liens entre les artistes et les disciplines. Expo sur 2 à 3 jours fin juin début juillet sur
le port de La Teste de Buch (France/Gironde/Bassin d'Arcachon) entre patrimoine, expression et revendication.
Alors si vous avez quelque chose à dire et à le faire savoir, si vous voulez colorer les mots, leurs donner corps, leurs offrir un écho, leurs prêter votre voix, leurs …, alors n’hésitez pas à
prendre contact avec moi.
Cordialement.
Michel Charmasson.


Sisyphe 24/10/2011 16:49



Bonjour,



Merci pour l'intérêt que vous semblez manifester à ce blog. Je propose, avec votre accord, aux publics de mon blog, le commentaire que vous avez bien voulu m'adresser, ci-dessus.



J'espère que la manifestation que vous allez organiser en fin juin / début juillet prochain saura trouver un ample écho favorable auprès de vos publics locaux.



Toutefois un lien vers un portail web (s’il existe) consacrée à cette "expo pluridisciplinaire" aurait peut-être permis d'en savoir un peu plus. Dommage...



Mais c'est rattrapable …



(sourire).



Alexandre A 15/09/2011 18:39


Bonjour,

Un article d'une telle épaisseur n'est pas facile à trouver sur le net.Bravo ! Je milite à ma façon afin de réduire chez quelques curieux la distinction entre culture populaire et culture écrite.
Il convient pour cela de populariser le goût de la lecture et donc du langage. Je pense que le déploiement d'une belle oralité dépend avant tout de la lecture.

Alexandre


Sisyphe 16/09/2011 17:57



Cher Alexandre,


Merci pour votre commentaire.


Je partage tout à fait votre analyse.


Merci également pour vos encouragements.


Cordialement



Evelyne 20/06/2011 11:18


Bravo, encore un petit billet-perle dans un océan de raidissement général de la culture institutionnelle (Résistance!)sur ses "fondamentaux". Ce qui appelle tout de même une remarque : comment
"faire" ce que dont vous parlez avec précision si les structures et institutions veillent à ce que rien ne dépasse, à ce que soient reconduites les pratiques "officielles", et passent tout de même
pas mal de temps à employer leur énergie façon "assiette au beurre" : exclure toute idée,personnne ou groupe qui pourrait contre-carrer leurs projets plan-plan mais bien déguisés en "Inscription
sur le territoire" ou "Vivre ensemble"? Doit-on donner plus de moyens à des actions qui ont fait le deuil de l'évaluation?
A mon avis une seule façon : donner des exemples de ce qui se fait de bien, de nouveau, d'autres dynamiques, très intéressantes, et les analyser. Moins pour convaincre les "ayatollahs de la culture
officielle" (c'est long ; voué à l'échec dans 99% des cas; sans compter qu'on se fait des tonnes d'ennemis en donnant des avis négatifs sur le plan-plan actuel...) que pour donner une visibilité,
de nouveaux développements à ces nouvelles façon de penser la culture, aujourd'hui.Encourager, si vous en avez "sous la main", des exemples qui bougent les lignes, d'une façon ou d'une
autre.Prendre des exemples, expliquer pourquoi on les choisit est à mon avis positif et réjouissant!


Sisyphe 20/06/2011 15:47



Vous avez raison, chère Evelyne. Il paraît nécessaire et urgent de renouer avec une certaine forme de « militantisme culturel » prônant une nécessité d’émancipation des femmes et des
hommes en situation de difficulté.


Une culture populaire conçue comme un droit pour tous et  exhortant chacun à l’émancipation, un atout, celui-ci,  fondamental pour construire son
propre devenir.


Concevoir et mettre en oeuvre en somme des dispositifs comportant la notion de liberté comme facteur primordial d’accès à la culture et où, la culture serait la forme la plus accomplie de la
liberté elle-même …


Proposer largement des formations linguistiques de base :


Lutter efficacement contre l’illettrisme ;


Formations autour la grammaire et la lexicographie en maisons d’arrêt ;


Proposer des dispositifs suivis liée à la lecture et à l’écrit pour les formations des services à la personne ;


...


Et, pour tous ces publics en difficulté, un accompagnement social et culturel … personnalisé …


Voici, en trois mots, des pistes concrètes pour favoriser directement et efficacement l’émergence durable d'un processus de désaliénation et de la (re)prise de possession d’une culture et de
savoirs, las, aujourd'hui encore, inaccessibles aux plus humbles d’entre nous.   



Tinette 21/05/2011 16:25


"Donnez le même esprit aux hommes, vous otez tout sel de la société. L’ennui naquit un jour de l’uniformité."

Antoine Houdar de la Motte


Sisyphe 21/05/2011 16:33



A méditer donc.  A méditer ...