Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 14:37

La-culture-de-l-action.jpgLa gestion d’une petite association culturelle et de ses adhérents bénévoles, nécessite des compétences et des connaissances notamment administratives, techniques et législatives que, bien souvent, les membres du «bureau» (président, trésorier, secrétaire), méconnaissent.

 

Ces "savoirs faire" sont pourtant indispensables à la survie d’une association. Ils concernent, notamment, pour la plupart;  la recherche et la bonne gestion des ressources humaines et matérielles.

 

Bien souvent, dans le cas de pratiques culturelles comme, par exemple,  la création artistique, des protections ou des soutiens juridiques et en matière de sécurité, sont également obligatoires.

 

Bien souvent  les responsables d’une association ont recours à leur propre expérience personnelle de leur métier imaginant que leurs savoir sfaire professionnels puissent être transférables, et donc subvenir,  à la réussite de leur association.

 

Pourtant les problématiques des petites associations culturelles,  et des membres qui les composent, sont rarement identiques à celles du monde de l’entreprise.

 

Le volet humain, bien plus que l’aspect “production” prime sur les motivations qui unissent des individus autour d'un projet culturel associatif.

 

Une autre éthique s'affirme ici, tandis que d’autres finalités, que le seul profit matériel,  incitent les bénévoles à se réunir et à donner, délibérément et sans réserve aucune, de leur temps et de leur énergie.

 

Gérer une association, n’équivaut donc pas, pour ses dirigeants, à cheminer comme pour le fonctionnent commun d’une entreprise.

 

Le circuit des décisions, par exemple, est bien souvent plus “horizontal” que “vertical, tandis que la gestion des bénévoles, requiert beaucoup  d'habilité, de tact et une profonde connaissance de la nature humaine.

 

Un riche environnement personnel,  pourvu en expérience du partage, de l’écoute et de la médiation.

 

Egalement chaque projet animant une association culturelle, doit être, dans toutes ses parties stratégiques et importantes,  clairement défini et validé par l’ensemble de ses membres.

 

Les problématiques individuelles, sociales et culturelles distinctes qui animent chaque membre de l’association, doivent être des facteurs clés de partage de l’ensemble des valeurs qui fédèrent et unissent les bénévoles autour d'un projet commun.

 

Voici  schématiquement et en 10 points clés, les facteurs qu’il conviendra de définir et d'analyser constamment afin de parvenir à la réussite d'un projet culturel et artistique associatif :  

  • Bien définir la problématique culturelle abordée dans chacune des activités stratégiques de l’association ;
  • Suffisament  analyser le contexte et être en capacité de décrire avec précision chaque donnée objective, son "environnement"  et les motivations qui ont conduit à exprimer un projet sur cette question ;
  • Les objectifs généraux, c'est à dire ce qui distingue le projet à long terme. A savoir : quelles sont les actions destinées à mettre en pratique le projet, ses moyens  concrets - financiers, techniques et humains, qui aideront à atteindre l'objectif global ;
  • Les activités et  les actions à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs ;
  • La méthode : c’est aux dirigeants de l’association d’indiquer la méthode désignée pour la mise en œuvre du projet
  • Les objectif  identifiés et atteignables du projet de l’association. Clairement définir les buts poursuivis ;
  • Les adhérents de l’association. :qui sont-ils, comment participent-ils à la vie de l’association, leur rôeles, etc. ;
  • Les outils : suivi et évaluation.  Pour évaluer à court, moyen et long terme l’efficacité des actions mises en oeuvre par l'association ;
  • Les leviers économiques de l'association : cotisations, subventions, financements privés et institutionnels.

C’est, en somme, en considérant l’ensemble de ces paramètres schématiques que chaque responsable associatif pourra pérenniser l'efficacité de son projet culturel et garantir l’adhésion durable  et l’investissement personnel de ses adhérents.

 

Il s’agira en somme, non seulement d’avoir le plaisir de faire quelque chose, mais également de partager avec autrui ce même agrément.

 

Acquiescer en somme et collectivement autour d’un projet commun pour une société assemblée et solidaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bone b'afrika 14/04/2011 18:17


merci pour ces informations. Publier encore plus.


Sisyphe 15/04/2011 17:31



Merci pour vos encouragements et pour l'intérêt que vous semblez manifester à ce blog.