Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 22:45

création et artiste dans la villeLa présence de l’art, de la recherche artistique et, conséquemment, celle de l’artiste au cœur du territoire, se coordonnent aujourd’hui autour d’une multitude d’orientations très diverses : actions permanentes ou limitées dans le temps (cas des « résidences ») ; tonitruantes par l’éclat tapageur - et parfois un brin bing-bling - de la « star » qui les impulse ; ou le plus souvent modérées, voire modestes par la simplicité anonyme de l'action d’un artiste local. Toutes ces initiatives, en pertinence avec les besoins du terrain, témoignent d’un authentique changement en matière d’offre culturelle ou artistique, à l’échelle locale.

Par ses intentions et ses créations, l’artiste participe activement à la structuration de notre sensibilité esthétique, à notre réceptivité inventive et au témoignage de notre propre expérience du monde dans lequel nous évoluons.

Inlassablement, l’artiste est celui qui favorise l’éveil et la qualité du lien social entre générations et classes sociales. Il participe, en outre, à une meilleure réflexion, au décloisonnement et au partage entre publics natifs d’horizons géographiques distincts.

Ses propositions artistiques favorisent d'ailleurs l’éclosion d’une mémoire collective qui unit les habitants.

Il encourage la compréhension et un meilleur partage d’une culture commune.

Abandonnant enfin les pratiques, par trop primaires et surannées, de « consommation de produits culturels » d’hier, les élus avec la complicité de leurs responsables culturels locaux, prescrivent aujourd’hui largement la participation de l’artiste dans des projets de création, de diffusion et de recherche artistique propices à rassembler les habitants, les médiateurs culturels, les travailleurs sociaux, les éducateurs, le monde associatif, sans oublier les enseignants…

Cependant, l'appétit grandissant pour ces « commandes ad hoc » exige principalement du créateur une capacité, plus prégnante encore, à travailler en synergie avec l’ensemble des acteurs de la vie locale, requérant de l’artiste une prédisposition (encore balbutiante) au dialogue et à l’ouverture.

Cela ne va pas toujours de soi.

Ainsi, comment l’artiste intègre-t-il ces nouvelles règles relationnelles dans son travail de création dans la ville ?

 

Exprimez librement ici, si vous le souhaitez, vos commentaires, vos avis, vos recommandations, vos éclaircissements ou encore vos expériences d’artistes, d’élus ou de programmateurs culturels, susceptibles de renforcer le débat et les échanges autour de cette problématique culturelle liée au service public.

 

-         En quoi le rapprochement avec le territoire modifie-t-il la pratique de l’artiste, la recherche et la création artistique ?

-          Quelles nouvelles relations se créent aujourd’hui entre artistes et public ?

-          Entre créateurs et élus locaux ?

-          Entre artistes et agents territoriaux chargés de la mise en œuvre de l'aménagement et du développement local de la culture ?

-         Aussi, comment mieux consolider, appuyer, soutenir et accompagner durablement les démarches artistiques, innovantes ou émergentes, dans le territoire ?

-          Avec quelle « contractualisation » ?

-          Avec quelles formations ?

-          Avec quels moyens ?

-          Avec quels outils d’évaluation ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sisyphe - dans Voix Libre
commenter cet article

commentaires

Pompougnac 14/12/2010 17:17


Merci de votre commentaire. Et, mille excuses, je me suis enfin décidé à mettre un lien vers votre sitre sur mon blog...
http://cite.over-blog.com
Cordialement
J.C.P.


Sisyphe 14/12/2010 17:37



Je vous remercie de votre
gentillesse.


Je me suis permis d’acheminer via
Twitter :


http://twitter.com/sisyphelsinore


Votre information relative au décès de
M. Guitard en surveillant attentivement de bien placer le  lien vers votre  blog personnel
:


http://cite.over-blog.com/


lequel étend plus abondamment cette
triste nouvelle.


Très cordialement.


S.



Tinette 13/12/2010 17:43


Allons allons, on a les élus que l'on mérite ... Mais puisqu'ils sont justement élus par des citoyens faisons en sorte que ces derniers soient nombreux à fréquenter les cinémas d'art et d'essais,
les petits théâtre, les salles de concerts, les MJC etc... A fréquenter ces lieux ils deviendront électeurs plus exigeants. A pratiquer les arts aussi !

Et que les artistes se prennent en main et investissent l'espace politique! Il me semble que dans des temps très anciens l'activité politique et artistique se déroulait dans le même amphithéâtre!
C'était très largement avant la belle époque...


Sisyphe 14/12/2010 09:39



Mais si, mais si.  Soyons honnêtes,  ils ont beaucoup de mérite les élus…


Bonne idée qu’est la votre pour que les artistes réinvestissent les amphis.


Un retour, même court,  sur les « bancs d’école » ne pourrait pas leur faire de mal …
(sourire).



Tinette 13/12/2010 12:28


Connaissez-vous cette incroyable scène imaginée par Maurice POTTECHER ? 14 mètres d’ouverture, 10 mètres de profondeur et 10 mètres de hauteur… dont le fond de scène s’ouvre sur la nature grâce à
deux grandes portes coulissantes afin « d’assainir l’art au contact de la nature » disait-il. Comme c’est étrange, cette cabane extraordinaire, perdue au fond d’une vallée vosgienne industrielle,
s’appelle modestement « le Théâtre du Peuple ». http://www.theatredupeuple.com/site.html .

L’aventure a démarré en 1895… et traversé le siècle passé. De 2003 à 2006, la direction artistique a été confiée à Christophe RAUCK qui n’a pas hésité une seconde à poursuivre l’ambition de ce
fabuleux théâtre en créant sur place avec artistes et amateurs :
- Le Dragon d’Eugveni SCHWARTZ
- La vie de Galilée de Bertold BRECHT (rien que ça !)
- Le Révizor de Nicolas GOGOL
Depuis 2006 la direction est confiée à Pierre GUILLOIS… On aime un peu moins mais ce n’est peut être qu’affaire de goût.

Si les « franciliens » ont à ce point perdu la mémoire, il faudrait que vous projetiez ce film à vos élus lors de votre prochaine commission !
http://www.arteboutique.com/detailProduct.action?product.id=412627

Vos élus ne peuvent pas à ce point avoir oublié leur jeunesse ! Par contre que certains vieillissent … « mal »… « ou trop vite » pour les plus jeunes d’entre eux, c’est une autre histoire ;-) mais
comme ça ne concerne que certains… Gardons le sourire ! Soyons réalistes et demandons l’impossible !!!!


Sisyphe 13/12/2010 12:52



(Sourire),


Merci pour l’ensemble de ces renseignements et des « liens » qui s’y rattachent.


Bonne idée que d’emmener (par la main ?)  les (mes ?) élus, de tout bord et de tout
âge, en projection « privé ».  Ca pourrait se révéler utile, certes.


Reste qu’il faudrait qu’ils se donnent la peine, déjà, de fréquenter les salles  de cinéma locales dont ils sont chargés, à coté de leurs
agents, de la promotion, de la valorisation et de l’exploitation …


Vaste programme, n’est ce pas ?  



Tinette 12/12/2010 22:51


45% des ouvriers n'ont lu aucun livre dans l'année
Seuls 24% ont visité un musée, et 9% sont allés au théâtre
A peine 43% sont allés au cinéma
... pour un grand nombre, la télé demeure le principal loisir "culturel"

Il fut un temps, pas si lointain, où les artistes allaient dans les usines lire de la poésie, parler littérature ou peinture. Ils y étaient même invités par les syndicats. Je connais des gens qui
ont vécu cette époque... C'est dire si ce temps là n'est pas si lointain !

Aujourd'hui ce sont des stars du show biz qui montent sur le podium lors des soirées électorales pour chanter l'hymne national. Une chance que personne n'ait pensé à les nommer ministre de la
culture !!!!

Parmis les lieux que l'on aimerait voir investis par les artistes, il y a les gares. Lieux par définition d'échange, de brassage et de passage qui se renforcent avec la modernisation des
transports... véritables portes d'entrées dans la ville, les halls de gare sont hélas investis par des galeries marchandes sans âmes... Nous reproduisons en coeur de ville ce que nous avons déjà en
périphérie. ça pose question...


Sisyphe 13/12/2010 09:00



Oui, c’est vrai. Il fut un temps où les artistes investissaient des lieux
culturels - autrement que ceux à la mode « bing-bing » d'aujourd'hui - pour notifier à la société leur projet de changement par l’art et la culture : l’Odéon, la
Sorbonne, l’Opéra, l’Opéra Comique, les CNAD, le TNP, le Théâtre de la Cité, le Théâtre de la Porte Saint-Martin, le Théâtre du Gymnase, le Théâtre de l’Epée du Bois, le TNP, la Comédie
Française, le Théâtre de l’Atelier, le Théâtre de la Ville ….


C’était un temps où l'art rimait avec engagement et artiste avec promesse d’un monde meilleur …


Les utopies étaient de mise : « Soyez réalistes : demandez
l’impossible ! » ...


Ca ne vous rappelle rien ? C’était en quelle année déjà ? …


Mince. Comme le temps passe … mal …