Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:04

rapport-activite2.jpgCa y est. Nous y sommes. La fin d’année approche…

Immanquablement, voici venu le temps des incontournables arbitrages budgétaires, des entretiens d’évaluation pour les équipes, des bilans pour les actions conduites dans l’année et, plus rarement aussi, la formalisation des perspectives inévitables qu'à coté de nos élus et de nos équipes,  nous appelons pour l’année à venir…

Suite aux évolutions technologiques, réglementaires et à une conjoncture économique tendue, les services culturels ressentent aujourd'hui le besoin de s’inscrire durablement dans une logique d’innovation pour survivre dans un environnement de plus en plus ardu et complexe.

Face à ces tensions qui fragilisent notre activité, nous devons prendre conscience de notre propre richesse : le potentiel humain.

Las, bien souvent dans nos « tactiques » dites de management, nous semblons naviguer à vue et d’une façon bien peu … transversale.

Nous donnons en effet  trop fréquemment l'impression d'être scindés de nos équipes et rares sont ces responsables qui savent réaliser, en matière de management participatif, ce que peut représenter le rapport annuel d’activité.

Un document qui se doit d'être enrichi par un ensemble d’indicateurs clairs, convenablement renseignés et utiles à l’évaluation.

Un document qui forge aussi l'identité de chaque équipe et qui incite chacun à l’amélioration des techniques.

Cela  constitue un élément important de l'intégration symptomatique de chaque agent au  projet global de sa structure laquelle sait efficacement agir avec des objectifs perceptibles et atteignables,  dans la complexité locale qu'est la sienne.

A l’image du monde économique externe, les services culturels subissent aujourd’hui de solides contraintes : obligation de maîtriser les dépenses, optimisation des ressources humaines, financières et matérielles, exigence de la qualité et de l’évaluation des actions proposées localement …

Autant de facteurs  qui demandent aux professionnels de la culture de s’adapter sans cesse pour parvenir à améliorer les services offerts aux publics.

Ainsi, face à l’ensemble de ces évolutions structurelles auxquelles nos procédés se confrontent, il apparaît nécessaire de savoir faire preuve non seulement d’initiative, mais également de créativité.

D'être en capacité de nous inscrire - ainsi que nos équipes - dans une dynamique de changement.

Un changement qui impose à nos pratiques managériales de sortir de notre isolement, de rechercher de plus en plus l’implication et la participation de agents afin d'assumer entièrement une  mission  conjointe de service public : répondre qualitativement et durablement aux besoins culturels de la population.

Pour ce faire nous devons être inlassablement en mesure d'établir et  de renseigner, avec les équipes et tout au long de l’année, des indicateurs homogènes et cohérents de suivi et d’évaluation de chaque action culturelle proposée.

Or rares sont les équipements qui savent agencer efficacement ces précieux outils de pilotage qui donnent sens, visibilité et discernement aux actions menées.

Qui sait rendre des comptes aussi.

Il reste à savoir  pourquoi bon nombre de services culturels ne s’inspirent pas davantage de cet inestimable instrument de management.

Faute de temps ? De capacité ? A cause aussi, peut-être, des inquiétudes éprouvées face aux échecs ?

L’opacité parfois peut générer une certaine, quoique fausse, impression de « confort ».

Cela peut contribuer à masquer certaines de nos insuffisances.

De rechercher, voire de diluer hors de notre propre sphère de responsabilités, les causes de nos déceptions et de nos revers…

Il n’est pas toujours aisé de faire entrer dans les habitudes une nouvelle méthode qui apporterait plus de partage, plus de délégation ainsi qu'une meilleure représentation et visibilité de notre capacité managériale singulièrement plus collective.

C’est surtout en période de crise que  notre conception du management doit se trouver renforcée par des valeurs  telles que l’écoute et le respect.

En somme acquérir une inédite culture des résultats qui définirait l’ensemble de nos pratiques en matière de service public.

Le rapport d’activité peut se révéler un outil non seulement pertinent, mais aussi efficient de notre savoir faire.

Il représente un atout essentiel dans une autre approche du management participatif propice à la motivation des nos équipes et renfermant l’essence même de la démarche qualité.

Une exigence - un peu comme c’est le cas aujourd’hui  pour les établissements de lecture publique - qui tend progressivement  aujourd'hui à se généraliser dans tous l'ensemble des services culturels ,en une exigence légale et réglementaire.

C’est dire l’importance que nous devons dorénavant accorder à notre capacité d’anticipation, qui doit être la notre.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sisyphe - dans Culture & Qualité
commenter cet article

commentaires

ma complémentaire santé 28/01/2011 03:56


c'est intéressant cet article, merci pour l'information


Sisyphe 28/01/2011 12:37



Merci à vous pour votre commentaire bien plaisant.



Mutuelle famille 18/10/2010 11:05


Interessant, merci du partage :)


Sisyphe 18/10/2010 12:47




Merci pour l’intérêt que vous semblez manifester à ces rubriques.








willycat 14/10/2010 21:36


moi j'en fais avec bilan d'étapes par trimestre ou semestre


Sisyphe 18/10/2010 12:44




Excellente idée, willycat, il vaut mieux utiliser plusieurs outils différents de suivi.


Les (bons) résultats ne seront qu’encore plus au rendez-vous...