Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 11:06

Filiere-Culturelle.-Evolutions-de-la-fontions-du-cadre.jpgDepuis approximativement vingt ans, la mobilité est progressivement devenue une norme professionnelle.

Le monde de la filière culturelle n’y a pas échappé et les dernières réformes ont accéléré ce mouvement : loi du 4/1/2002 ; loi du 18 juin 2003 ; loi du 13/8/2004 relative aux libertés et aux responsabilités locales ; le récent code du patrimoine, la décentralisation culturelle, etc.

Ces bouleversements ont imposé la flexibilité et la polyvalence comme qualités professionnelles et accentué les changements de poste, de service, d’établissement et de fonction.

Souvent subie, cette mobilité est aussi le fait de chaque professionnel de la culture : la recherche de meilleures conditions de travail, le rapprochement de domicile et  l’envie d’acquérir des nouvelles connaissances incitent les professionnels de la culture, dans la quantité de métiers existants, à « aller voir ailleurs ».

Malgré les tensions qui subsistent dans la filière, les professionnels de la culture profitent aujourd’hui pour se construire un projet professionnel et/ou une carrière.

Choisie ou imposée par un contexte territorial en pleine transformation, la mobilité touche au premier chef  les cadres culturels.

D’abord parce que l’une de nos missions principale est de guider, d’accompagner les changements et donc de favoriser une certaine mobilité de l'ensemble des équipes ; ensuite parce il y a là des acteurs mobiles car, tout comme nos statuts, nous sommes en train de changer aussi.

Pas choquant donc d’accompagner ces changements en opérant une conversion aussi du lieu d’exercice, surtout lorsqu'on quitte un métier de praticien pour exercer en tant que cadre, ce qui comporte des responsabilités différentes du métier d’origine.

Alors comment les cadres culturels s’arrangent-ils avec la mobilité en général ?

Avons-nous les compétences nécessaires pour être mobiles et réussir la mise en oeuvre de notre mobilité ?

Sommes-nous prêts à l’accepter ?

Ces nouvelles problématiques requièrent, lors d’un changement de fonction et de poste,  la mise en place de nouvelles compétences qui reposent sur la connaissance de l’environnement, l’intelligence stratégique et le transfert des aptitudes spécifiques au(x) métier(s).

Sans pour autant faire ici l’éloge de la flexibilité ou, au contraire, la contester, il convient plutôt d’inciter chacun à l’apprivoiser.

Une manière aussi de bien veiller à se positionner dans ce contexte culturel aujourd'hui en pleine mutation.

D’inclure également dans chaque carrière un repositionnement stratégique non plus uniquement en tant que manager mais aussi de formateur, afin de mieux activer les moteurs et les léviers indispensables pour une mobilité réussie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires