Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:58

lministere_culture.jpgCa y est, les 50 ans de la création du ministère de la Culture, se fêtent ces jours-ci.

Ces commémorations ne passeront pas inaperçus.

Tout au long de l’année, cet anniversaire sera, selon le Ministère, célébré dans plus de 400 lieux différents : musées, monuments, théâtres …et dans au moins cinq institutions emblématiques de la culture en France tous reconnaissables au logo « Culture » qui leur sera associé : Chaillot, B.M. et alii …

Souvenons nous : créé pour et par l’écrivain André Malraux, le « ministère des Affaires culturelles » des origines a permis au général de Gaulle, qui y était favorable, de promouvoir le rayonnement de la France à l’étranger.

Aujourd'hui, un demi siècle plus tard, pouvons nous vraiment conjecturer la poursuite durable de ce projet ambietieux d'alors ?

Certes, la culture dispose dans notre pays d’une place à part, alors qu’elle incombe souvent au secteur privé dans bien d’autres pays en Europe ou ailleurs.

Rarement un Etat sera autant intervenu dans ce domaine pour maintenir « l’exception culturelle ».

En début de cette semaine, nous avons pu assister à l’installation, par le Président de la République, du tout nouveau Conseil pour la création artistique, animé par le producteur de cinéma Marin Karmitz (MK2) et que le chef de l’Etat … présidera lui-même (sic).

Voici un simple extrait de son allocution pour l’installation de ce « nouveau machin » comme aurait si bien pu dire jadis, le Général : « …Ma parole est plus libre que celui qui produit et qui doit faire attention à ce qu’il dit (…).

C’est donc à moi de donner un coup de pied dans la fourmilière, de bousculer les choses »….

Etonnant Nicolas Sarkozy que sa double casquette de chef de l’Etat et de Super Dac semble si bien inspirer.

Et Madame la ministre dans tout ça ? 
"In cauda venenum" ...

Comme des millions de téléspectateurs  j’ai assisté hier soir à l’intervention  télévisée du Président de la République venu s'expliquer sur ses mesures proposées pour sortir le pays de la crise.

Il faudrait plutôt dire des crises : financière, économique, sociale, climatique, énergétique, éducative, (écoles, lycées, université),   …

J’ai bien tendu les oreilles.
Sur la culture : motus.

Certes quelque bâtiment patrimonial bénéficiera, soyons sincères,  qui de la réfection (d’une partie) de son toit, qui d’un ravalement de sa façade.
C’est ce que prévoit le volet « investissements ».

Les collectivités territoriales devront ainsi poursuivre, seules, leurs efforts stoïques et élevés pour l’accès et le développement culturel dans le territoire.

La probable suppression, à terme, de la taxe professionnelle pour les entreprises, qui largement contribue à abonder les recettes de chaque collectivité, participera probablement à une rapide érosion de l’effort financier des communes en direction de la culture.

Notre pays a connu peut-être des commémorations autrement moins alarmantes.

Il y a 50 ans l’avènement du Ministère de Malraux s’adossait à une capacité éclairée de l’Etat à impulser alors un changement de la politique pour mieux apprendre à mieux soutenir le processus et le rayonnement de la création et de la diffusion culturelle en France et dans monde.

C’était il y a 50 ans.
De Gaulle venait à peine de sortir le pays d’un conflit planétaire et nommait un immense intellectuel à la tête d’un authentique et ambitieux projet politique pour le développement de la culture.

Aujourd’hui le pays entre dans une crise mondiale et Nicolas Sarkozy s’apprête à commémorer le jubilé du Ministère de Madame Christine Albanel…. Ainsi va l’histoire.

 

www.culture.gouv.fr

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MissHyde 22/02/2009 11:59

PS :  oui, j'aime le moyen age et la gargouille de notre dame n'a pu qu'attirer mon attention ! lol

Sisyphe 23/02/2009 10:55



Sourire…


Oui en effet, il s’agit là d’une statuaire bien énigmatique et qui représente fort bien, à
mes yeux,  à la fois la complexité de la culture en France, sont puissant enracinement dans l’histoire du pays, ainsi que cette magnifique et singulière ville qu’est
Paris.


A bientôt j’espère.


Bien cordialement.



MissHyde 22/02/2009 11:57

juste une question , comme ça, la culture n'est-elle pas extremement centralisée autour d eparis ? la dynamique regionale reste encore a creer alors 50 ans d'exception, certe mais quel soirte d'exception ? ( ce n'est pas une critique, hein, juste un constat)

Sisyphe 23/02/2009 10:49



Bonjour et merci pour ton commentaire.L’exception culturelle française est une expression utilisée pour caractériser certaines
spécificités, actuelles ou passées, de la France par rapport aux autres pays d'Europe, voire du monde, dans
le secteur culturel.
Elle désigne en particulier l'action conduite depuis la création en 1959, dans les balbutiements de la Vème République, d'un Ministère de la Culture
par Charles de Gaulle et confié à André Malraux.Ont été depuis mis en place en France un certain nombre de dispositifs législatifs et réglementaires qui soutiennent
le secteur de la culture et de la création artistique.A ne pas confondre
avec le terme « Décentralisation » initiée sous la présidence de François Mitterrand à l’orée des années 1980.  La décentralisation consiste en un transfert des pouvoirs de l'État vers
une personne morale de droit public distincte de lui. Cette dernière dispose d'une autonomie plus ou moins grande, selon le degré de
décentralisation, d'un budget propre, et reste sous la surveillance de l'État, autorité de tutelle.On distingue la décentralisation territoriale qui s'applique aux collectivités locales et la décentralisation technique -ou fonctionnelle- concernant les institutions spécialisées dotées de la personnalité morale comme les établissements publics.N’hésites pas à poser d’autres questions, si nécessaire.
A fort bientôt et encore merci pour l'intérêt manifesté à ce blog thématique.



MissHyde 12/02/2009 11:46

si tu es contre ce que sarko fait de la culture dans ce pays, alors mon com a du sens, par contre si tu es d'accord avec ses orientations qui consistent a couper les subsides a la culture et a l'enseignement - allons y gaiement en desherbhant ) la je ne suis pas d'accord. en tout etat de cause, c'est ton avatar qui m'a attiré sur ce blog culturel, je reviendrais lire ende tail. A + et bonne route sur OB

Sisyphe 13/02/2009 09:22



Si, bien sur, personnellement je possède mon point de vue concernant la condition actuelle de la vie culturelle dans le pays, en
qualité d’agent territorial, il m'importe avant tout de rechercher des solutions concrètes, des financements tangibles et une cohérence globale aux efforts à produire pour une programmation
culturelle locale de valeur.


Beaucoup d’incertitudes demeurent aujourd’hui en termes de pérennisations des moyens financiers et humains amenés pourtant avec
générosité par les villes à leurs publics.
Un public désireux d'ailleurs, de bénéficier d’une vitalité culturelle exigeante de proximité.


Quels seront donc les élus locaux qui pourront ne pas rester insensibles aux appels, aux demandes et aux besoins culturels de leurs
administrés ?


Avec quels crédits ? Avec quelles orientations ? Quels choix ? Avec quels projets innovants?


…That is the question…


Etre ou … n’être pas …
ou n'être plus …


Disparaître ….


Merci de ton intérêt pour ce blog thématique.


Ravi également que l’avatar ait, à ce point, attiré ton attention.